Photo : Anastasia Marcellin/EPJT. Maquilleuse : Cindy Juet. Modèle : Clara Gaillot

Le numéro 27 d’Innova est disponible. Le thème de ce numéro spécial : l’Europe. Les étudiants qui l’ont réalisé ont voulu enquêter sur l’identité européenne. Eux qui se sentent profondément européens ont ramené de leurs reportages une photographie très contrastée.

Le magazine Innova « 28 nuances d’Europe » a été réalisé par les 22 étudiants de deuxième année de l’EPJT et consacré à l’identité européenne. Pendant presque un mois, du 14 mai au 8 juin, ils ont réalisé les 44 pages couleur de ce magazine.

Eux se sentent profondément européens. Ils l’écrivent dans leur édito. Pour eux, jeunes journalistes nés dans l’UE, enfants de l’espace Schengen, biberonnés à Erasmus, les frontières sont invisibles.

Pablo Menguy interview la députée turque Canan Kaftancioglu qui réclame un retour de son pays à l’Etat de droit. Photo Clément Argoud/EPJT

Pour dresser le portrait de cette UE menacée de dislocation, ils sont allés enquêter sur le terrain. De la Grèce à la Turquie en passant par la Belgique, l’Autriche, la Hongrie, la Grande-Bretagne ou l’Espagne, en binôme, ils ont rencontré le vrai visage de l’Europe. Ils ont réalisé à quel point les réalités étaient plus contrastées qu’ils ne l’avaient imaginé. Qu’entre europhilie des uns et europhobie des autres, tout n’était pas noir ou blanc et qu’il y a bien de nombreuses nuances d’Europe.

Le chemin de fer part de leur vie quotidienne pour montrer à quel point l’Europe influe sur la vie de tous, individuellement mais aussi pour des corps de métiers entiers (comme les agriculteurs) ou même des peuples. Ainsi la Grèce a-t-elle vécu au rythme de l’UE… Entre pro et anti-UE, nous entrons dans le « cœur chaud » de notre magazine.

La rédaction participe à un séminaire au Parlement européen, à Bruxelles.

Une grande enquête sur la success-story d’Erasmus révèle que derrière la belle image et la grande opération de communication lancée pour les 30 ans du programme, les pays et les étudiants ne sont pas égaux face à la mobilité. Leurs reportages les ont menés aussi près de chez eux. A Tours où ils sont allés interroger ces lycéens qui ont choisi de passer deux bacs en même temps. A Nantes également où la radio associative Euradio forme au journalisme des étudiants de toute l’UE. Le reportage est parfois au coin de la rue.

En Catalogne et à Vienne, ils ont touché du doigt les paradoxes de l’Europe et tenté de faire comprendre aux lecteurs la complexité des situations régionales ou nationales. En Hongrie, ces jeunes reporters ont pris conscience qu’à deux heures d’avion de chez eux, leur propre métier était menacé et la presse utilisée à des fins de propagande.

Le magazine s’ouvre ensuite sur des pages tourisme pour nous faire découvrir les 15 itinéraires et les 70 000 kilomètres du réseau Eurovélo qui permet aux amateurs comme aux confirmés de sillonner le continent. Notre équipe a pédalé pour aller les rencontrer.

Nos étudiants nous emmènent ensuite voir ce qui se passe aux portes de l’Europe : les rêves des réfugiés qui veulent y entrer, les angoisses des ressortissants européens installés à Londres qui redoutent le Brexit et le fort sentiment pro-européen des habitants d’Istanbul.

Nos reporters ont suivi une partie de la Loire à vélo. L’Eurovélo n° 6, un des circuits les plus fréquentés, va de Saint-Nazaire en Loire-Atlantique à Nevers dans la Nièvre. Il passe près des châteaux de la Loire tel Chambord devant lequel pose fièrement Charles.

Comme dans un news magazine national, on trouve dans ce numéro hors-série d’Innova de l’économie, de la politique, de l’international, du tourisme et même quelques idées « conso ». Les étudiants ont pu mettre en pratique ce qu’ils avaient appris pendant leurs deux années à l’EPJT. Interview, reportage, enquête, portrait, brève…, tous les genres journalistiques sont déclinés ici. Ils se sont rendu compte que la logistique d’un reportage à l’étranger pouvait se révéler compliquée. Notamment lorsqu’on ne parle pas la langue ! Ils ont travaillé leurs textes, en profondeur, ainsi que la titraille.

Les étudiantes ont vraiment tout fait dans ce magazine : pour la une, Clara Gaillot a joué les mannequins et Valériane Gouban la coiffeuse. Mais le maquillage a été réalisé par une professionnelle. Les essais sont effectués par Mariana Grépinet, la rédactrice en chef avant que les photos définitives ne soient shootées par Anastasia Marcellin.

La conception de la une de ce magazine raconte bien la vie de cette rédaction éphémère : ce sont les étudiants qui l’ont imaginée. Il y a eu des tests (à partir de Lego et de Playmobil et d’une grande urne en plexiglas) et des ratés.

Ils ont alors cherché comment montrer le visage de l’Europe. Un visage aux multiples facettes. L’idée du drapeau peint sur l’un d’entre eux est née ainsi. Une maquilleuse leur a donné un coup de main pour la réalisation. Puis Clara, par ailleurs responsable icono de l’équipe, s’est dévouée. Pendant une matinée, elle a joué les modèles.

Le titre a fait l’objet de débats animés et controversés et ce « 28 nuances d’Europe » a emporté l’adhésion. Nous l’avons jugé un peu « racoleur » mais sur une thématique aussi aride que l’Europe, nous avons estimé que nous pouvions nous le permettre.

Les étudiants ont vécu un bouclage magazine comme nous espérons qu’ils en vivront bien d’autres ensuite. Ils sont restés tardivement une soirée pour que tout soit terminé dans les temps.

La richesse de ce magazine est le fruit de leur travail et de leur investissement.

Mariana Grapinet
Rédactrice en chef de ce numéro spécial
Grand reporter à Paris-Match

Vous pouvez recevoir le magazine en envoyant une enveloppe timbrée avec vos noms et adresse à
28 nuances d’Europe – EPJT – IUT de Tours – 29 rue du Pon-Volant 37000 Tours

Ou le lire sur Issuu en suivant le lien ci-dessous.