Presstalis tousse,
les petits éditeurs s’enrhument