La foire aux bestiaux de Parthenay

Notre métier, c’est de produire des animaux. Mais on sait que leur fin, ce sera l’abattoir. » Denis Coudreau est le directeur du marché de Parthenay. Cette foire aux bestiaux au plein cœur des Deux-Sèvres créée en 1973 compte 250 paysans sur ses listes. Deux fois par semaine, les éleveurs arrivent entre 5 h 30 et 7 h 15 pour déposer leurs animaux qui seront ensuite vendus aux enchères. Les négociants arpentent les box. Ils tâtent les moutons pour sentir le gras sous leur jeune laine. « Vous mangez le gras, vous ? Et bien nous non plus. Plus les gigots sont fermes, plus la viande sera bonne. » A l’aide d’une télécommande, les acheteurs font monter les prix. Une fois l’enchère finie, libre à l’éleveur de décider s’il veut vendre ou non.

Entassés dans leurs enclos, les agneaux bêlent, les yeux écarquillés, les oreilles en arrière. La foire est en effervescence. Sans discontinuer, Louise, la cheffe des ventes, annonce à travers des enceintes stridentes le prix du lot disputé. Apeurés par le brouhaha, les animaux se bousculent et se montent dessus au moindre geste.

Plongée en son et en image au sein d’un des plus grands marchés aux bestiaux de France.

Hugo CHECINSKI

Cette article a été réalisé dans le cadre d‘Innova.

Innova est un magazine réalisé chaque année par les étudiants en Année spéciale de l’EPJT.
Cette année, le numéro est consacré aux agriculteurs. Si le magazine vous intéresse, vous pouvez
– le commander à l’EPJT, 29, rue Pont-Volant, 37000 Tours en envoyant une enveloppe timbrée au format 21x29,7
– ou le lire sur le Web.