Arnaques en pyramide

Lucas Chopin, Barbara Gabel et Louise Gressier

Arnaques en pyramide

Arnaques en pyramide

Lucas Chopin, Barbara Gabel et Louise Gressier

Ils ont cent ans et continuent de faire des émules. Les systèmes pyramidaux font florès dans les firmes peu regardantes sur les moyens de développer leur business. Enquête au sein de WorldVentures, club de voyages américain, roi de l’arnaque.

C’est l’effervescence parmi les membres de la communauté de voyageurs de WorldVentures. Réunis au Centre de congrès de Lyon, ils sont 1 500 à attendre impatiemment l’arrivée de l’Américain Josh Pain sur la scène de l’amphithéâtre. C’est la toute première fois que le P-DG de l’entreprise WorldVentures foule officiellement le sol français. Une gigantesque mascarade, qui s’est tenue en janvier et à laquelle nous avons pu assister sous une fausse identité.

Le credo de cette compagnie américaine : être payé pour voyager. Qui refuserait ce job de rêve ? La promesse de Josh Pain attire de plus en plus d’adeptes à travers le monde. Ici, à Lyon, Eric, 31 ans ou encore Martin, la petite vingtaine, s’émerveillent en écoutant les discours de celles et ceux qui seraient devenus millionnaires grâce à leur activité au sein de l’entreprise.

Évidemment, tout cela est trop beau pour être vrai. Bienvenue dans l’arnaque du XXIe siècle. Chez WorldVentures, comme chez de nombreuses autres sociétés, on ne se fait pas d’argent sur la vente de voyages mais sur le recrutement de nouveaux membres, une pratique illégale. Des sortes de réunion Tupperware. À la différence près que les boîtes en plastique ont été remplacées par des voyages de luxe à prix réduits.

Le rêve prend forme

Photo : Louise Gressier/EPJT

Melody Rismann ou Johnny Wimbrey, ces noms ne vous disent rien. Pourtant, c’est pour eux que des centaines de  dreamtrippers se sont déplacés des quatre coins de France et d’Europe.

À seulement 26 ans, Melody Rismann est présentée comme la première multimillionnaire française grâce à WorldVentures. Elle gagnerait aujourd’hui plus de 45 000 euros par mois. Johnny Wimbrey, lui, c’est la star américaine. Il est venu à Lyon pour partager ses conseils de coach en développement personnel.

À coup de musiques hyper-entraînantes, de récits vendeurs et de performances de communication, le monde pailleté de WorldVentures vend du rêve à des personnes crédules.

Quand le voile de l’arnaque se déchire

À l’instar des personnes réunies à Lyon, Charlotte pensait se faire de l’argent facile. En septembre 2017, la Montpelliéraine de 25 ans rejoint les rangs de WorldVentures espérant mettre suffisamment d’argent de côté pour voyager. Elle quittera l’aventure au bout de six mois sans profiter des réductions sur les voyages promis par la compagnie, ni même rentabiliser les 300 euros qu’elle a déboursés pour rejoindre le réseau.

Le rêve est en effet de courte durée. Il s’effondre lorsque les personnes situées en bas de la pyramide, comme Charlotte, n’arrivent pas à recruter de nouvelles victimes et, du coup, perdent de l’argent.

par Lucas Chopin

WorldVentures n’est pas seule à se positionner sur cette activité en plein boom sur le marché français. C’est aussi le cas de sa concurrente, MWR Life, fondée en 2014. Mais aussi d’Herbalife ou de Modere, deux spécialistes de la vente de produits amincissants miracles. Avec un même principe fondateur : la promesse d’enrichir ses membres grâce au nombre de personnes recrutées.

Mais cette liberté a un prix : il faut compter entre 200 et 300 euros pour se lancer dans ce genre d’activité. Un tout petit investissement promesse de profits si on en croit ces entreprises.

Mais chez WorldVentures, quand on parle argent, les membres s’arrangent toujours botter en touche. À leurs recrues, ils préfèrent parler de points.

Ils présentent le système comme une banque dans laquelle les nouveaux épargnent une somme mensuelle. Celle-ci est ensuite censée leur être redistribuée sous forme de points. Mais ils ne savent jamais exactement ce qu’il advient de leur argent…

Misez sur le petit dernier de votre équipe : quand il commence, il a une énergie débordante et un réseau encore intact s’offre à lui

Melody Rismann

Reste aux jeunes recrues à devenir les ambassadeurs de choc de l’entreprise auprès de leur cercle familial et amical pour recruter d’autres recrues et grimper dans la pyramide. Puis motiver et former ces filleuls pour qu’ils développent à leur tour leur réseau.

« Il faut que vous appreniez à créer une duplication massive dans vos équipes, explique la jeune millionnaire Melody Rismann avec insistance. Pour réussir, une des premières étapes clés, il faut former vos nouveaux. Misez sur le petit dernier de votre équipe : quand il commence, il a une énergie débordante et un réseau encore intact s’offre à lui. »

Les meilleurs recruteurs obtiennent le statut « IMD » (directeur marketing international). Certains, comme Melody Rismann, seraient plusieurs fois millionnaires grâce à leurs équipes. Celles-ci, comme des petites fourmis, continuent à travailler à enrichir les plus qualifiés. « Regarde, ça a l’air tellement facile pour elle ! » s’émerveille Constance, jeune ambassadrice, des rêves plein la tête.

À Lyon, lors de cette journée de conférences, les intervenants font miroiter le sommet de la pyramide au public. Mais déjà, la difficulté à démarcher et recruter de nouvelles personnes en démotive plus d’un.

Cela a été le cas de Charlotte : « J’avais l’impression d’être un robot qui répétait la même chose à tout le monde, s’agace-t-elle encore. Sur 100 personnes, il y en avait 90 qui refusaient. » Et pour celles qui acceptaient, c’était généralement mission impossible de les faire rester dans le réseau.

Pour attiser la curiosité de leurs followers, ils postent régulièrement des photos et des vidéos sur Facebook et Instagram. Les mérites de leur activité professionnelle sont constamment mis en avant. Les plus curieux leur demandent alors de leur livrer leurs secrets les plus précieux…

Des pratiques illégales

Photo : Pixabay

Le secret de WorldVentures réside en fait dans le mode de rémunération de ses membres. L’entreprise prétend être basée sur de la vente multiniveau. Cette technique, aussi appelée multi level marketing, ou MLM, a été popularisée par l’entreprise Tupperware dans les années cinquante.

47091027131_5ecec30980_h
Le fonctionnement de WorldVentures.

Infographie de Lucas Chopin/EPJT

Elle permet notamment de se passer de frais publicitaires, de recrutement et de formation. Les recrues sont chargées elles-mêmes de recruter de nouvelles personnes grâce au bouche à oreille. Ils touchent un pourcentage sur les ventes de leurs recrues.

« WorldVentures permet de voyager à prix cassés et de gagner de l’argent. Tous les mois, si vous avez un bon réseau, vous êtes commissionnés et vous générez une rente », explique un membre de la firme lors d’une réunion de présentation dans un lieu privé. En effet, l’entreprise propose également de faire de ce rôle de recruteur un réel métier.

C’est là que se cache l’entourloupe. Chaque nouveau membre doit verser plusieurs centaines d’euros à WorldVentures au moment de l’adhésion ainsi qu’un abonnement mensuel.

Or l’article L121-15 du code de la consommation interdit de proposer à une personne de collecter des adhésions en exigeant d’elle le versement d’une somme. Il est également interdit de faire espérer à cette personne d’obtenir des gains financiers en fonction du nombre de têtes qu’elle recrute.

WorldVentures promet à ses adhérents de faire du profit grâce à des commissions sur le recrutement de nouveaux membres. Par exemple, quatre personnes recrutées par un membre lui permettent de diminuer le forfait mensuel qu’il doit payer.

Mais WorldVentures va encore plus loin dans l’illégalité. La firme expose fièrement à ses membres sa façon de fonctionner. Un système louche qu’une recrue de WorldVentures nous a expliqué en détail. L’argent investi par un nouveau membre profite en partie à son parrain direct. Une autre partie profite à la personne située deux rangs au-dessus de lui.

Des arnaques pyramidales

En somme, l’entreprise WorldVentures est basée sur une pyramide de Ponzi, un schéma pyramidal et illicite. Les dernières personnes à rejoindre l’entreprise perdent de l’argent tous les mois si elles ne trouvent pas suffisamment de recrues. L’investissement de départ est ainsi très difficile à amortir.

Me Nicolas Lecoq-Vallon, avocat au barreau de Paris, est catégorique : « Certaines personnes sont lésées et perdent de l’argent. Dès lors, cela devient une fraude. » L’avocat conseille aux victimes de déposer plainte, peu importe le préjudice, pour que la police et les pouvoirs publics s’y intéressent. 

Selon Xavier Bétaucourt, ancien journaliste, les entreprises de marketing de réseau comme WorldVentures « sont clairement des arnaques pyramidales ». C’est aussi le cas de la plupart des entreprises déjà citées – MWR Life, Modere…. L’entreprise portugaise Herbalife a même déjà été condamnée pour vente pyramidale. Hélas, ces pratiques ne devraient pas cesser de sitôt : « Il y aura toujours des personnes assez naïves pour y croire. »

Une naïveté à toute épreuve

Photo : Louise Gressier/EPJT

Cent ans que le système pyramidal de Ponzi existe, cent ans qu’il arrive à faire de nouvelles victimes en se réinventant continuellement. Il suppose notamment d’imaginer de nouveaux concepts attractifs qu’on propose ensuite à des personnes qui n’y voient que du feu.

Fini les traditionnelles arnaques d’apprentis traders ou de locations collectives d’appartements en bord de mer. Place désormais au job de « touriste professionnel »,  avec un salaire à vie sans lever le petit doigt.

En plus d’accéder à toute une carte de voyages attractifs après inscription sur leur plateforme privée, WorldVentures propose également de faire de cette activité un business en devenant soi-même entrepreneur. Une recette qui semble fonctionner à merveille auprès de cette communauté française de voyageurs.

Une conquête par l’affect

Selon les dires de l’entreprise américaine, ils seraient près de 10 000 membres à avoir rejoint cette étrange aventure depuis novembre 2018. Grand fil rouge de cette arnaque déguisée : jouer sur la crédulité des gens… Dès le départ, les techniques de manipulation sont présentes.

40128185953_5ae8158af4_k
Des membres de WorldVentures à la sortie du meeting lyonnais.

Louise Gressier/EPJT

Les ambassadeurs du club de voyages se présentent dans un bar lillois place Louise-de-Bettignies, privatisé pour l’occasion afin de recruter de nouveaux membres.

« Si vous êtes ici ce soir, c’est parce que vous êtes très particulier pour la personne qui vous a amené. Elle a tout simplement eu envie de partager une expérience incroyable et inédite avec vous », débute Martin, jeune recrue de 22 ans, sous l’œil attentif de ses parrains, ou plutôt mentors.

Tous les éléments de langage sont ainsi réunis pour nous faire croire que nous sommes quelqu’un d’exceptionnel aux yeux de cette communauté qui nous connaît à peine. Une heure plus tard, l’affaire est dans le sac et les nouvelles victimes sortent déjà leur carte bleue afin de s’inscrire sur cette plateforme en ligne, propre à l’entreprise, et qui ne laisse aucune trace pour les autorités.

Une secte déguisée

Une fois l’arnaque montée et les victimes recrutées, reste à fidéliser les membres sur le long terme. C’est là que l’aspect sectaire des entreprises comme WorldVentures saute aux yeux. Les événements pour rassembler la communauté ne manquent pas.

À Lyon, l’autocongratulation de Josh Pain, le P-DG, fait place à un discours beaucoup plus menaçant : « Le mot “essayer” ne sert qu’à justifier l’échec potentiel », met-il en garde.

Ici, tout est un jeu, une incroyable supercherie où les plus riches intiment aux jeunes recrues : « Contentez-vous de jouer sans vous demander où ni quand vous allez réussir. »

L’euphorie du public est palpable. Conquis, il en redemande. « Quand tu assistes aux conférences données par ces orateurs, c’est tellement puissant. Tu bois leurs paroles. J’avais des étoiles plein les yeux ! » confie Aurélie, 24 ans.

Pour Tim, c’est autre chose : « Moi je suis en école d’ingénieurs. Ma mère s’est sacrifiée pour moi et a travaillé toute sa vie à La Redoute mais ne touche aujourd’hui qu’une misère. C’est pour elle que je fais cela. » Des recrues qui semblent toutes plus fragiles financièrement et moralement les unes que les autres.

Charlotte, l’ancienne membre repentie, dévoile comment elle a été manipulée : « On m’a dit que j’avais la possibilité d’aider les autres en changeant la vie des gens qui en ont marre de travailler, d’être dans une routine de 35 heures boulot-métro-dodo. J’avais la sensation d’être utile. »

WorldVentures c’est génial quand on passe les rangs. Si vous voulez profiter du club à 150 %, restez motivés et passez les rangs !

Clément

Les recrues ne perçoivent pas tout de suite qu’il est très difficile de rentabiliser son investissement dans l’entreprise. « Il faudrait vraiment que je m’y mette à fond. Je suis persuadée que si je le voulais je pourrais moi aussi réussir autant que Mélody Rismann », se désespère un peu Constance.

Lorsque le moral retombe, les parrains s’arrangent pour être présents afin de remotiver leurs troupes. « Les amis, il faut aussi être lucides… Ces points c’est cool, mais WorldVentures c’est génial quand on passe les rangs. Si vous voulez profiter du club à 150 %, restez motivés et passez les rangs ! » explique Clément à son petit groupe de filleuls.

À 25 ans, il occupe déjà le rang de directeur, à Lille. Une chose est sûre à l’issue de cette journée de formation collective : pour être ambassadeur de WorldVentures, il faut être coachable. Autrement dit, il faut savoir écouter les conseils de son parrain « sans se poser de question ».

À Lyon, les dreamtrippers sont conquis. Les cadres de WorldVentures ont réussi leur pari : convaincre leurs membres que le rêve est à portée de main.

Charlotte, elle, y a laissé des amitiés. Elle aurait voulu se rendre compte plus rapidement de l’arnaque. « On m’avait pourtant prévenue… Mes amis me disaient : ”Ton truc de voyages ça pue l’arnaque, c’est de la merde”. J’ai mis trois mois à faire entrer six personnes. Ce sont des gens qui étaient proches de moi et qui me faisaient confiance. »

Bien que le système pyramidal soit clairement condamné par la justice, il continue toujours de faire des émules. C’est la fin de la grande conférence. Les projecteurs sont rivés sur les stars, le public acclame et scande en chœur « welcome home » (« bienvenue chez vous »). L’arnaque a fonctionné.