Partager par e-mail Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+

Ondes de choc

Agrandir

Les électro-hypersensibles s'éloignent au maximum de tout objet connecté.
Les électro-hypersensibles s'éloignent au maximum de tout objet connecté.

Eléa Chevillard / EPJT

Les objets connectés ainsi que les ondes qu’ils génèrent font partie du quotidien de millions de Français. Certains d’entre eux, qui souffriraient d’électro-hypersensibilité, tentent d’y échapper à tout prix. Pour maintenir le développement numérique de la ville tout en veillant à la santé de chacun, la ville de Tours a créé un observatoire en 2013, une première en France. Alors les ondes ? nuisibles ? Le monde scientifiques et médical ne semble pas être sur la même longueur… d’ondes.

Par Eléa CHEVILLARD et Louis BOULAY

L’électro-hypersensiblité, entre mythe et réalité

Agrandir

27451457847_1bc01eb2b6_k
Le voile de métal porté par-dessus un chapeau permettrait d'isoler le cerveau des ondes.

Elea Chevillard / EPJT

L’électro-hypersensibilité, maladie encore méconnue, concernerait près de 3 millions de Français. Pourtant, la communauté scientifique réfute l’existence d’une causalité entre les symptômes et les ondes électromagnétiques.

Des « réfugiées environnementales », exilées au nord de Tours pour fuir les ondes du centre-ville, c’est ainsi que se considèrent Nathalie* et Catherine*. Electro-hypersensible (EHS), le moindre déplacement dans un lieu exposé s’apparente, pour elles, à une expédition. C’est pourtant place Jean-Jaurès, en plein cœur de Tours, que les deux femmes nous ont donné rendez-vous. Oubliée la caricature d’individus vêtus d’aluminium : rien ne les distingue des autres clients du bar. Leurs protections, textiles en coton et fibres de métal, cachées sous leurs vêtements, sont beaucoup plus discrètes. Condition sine qua non pour les approcher ? Avoir éteint notre téléphone avant de les rencontrer.

Au quotidien, être EHS demande une organisation très particulière. Deux heures d’exposition nécessitent un repli chez elles d’au moins deux jours consécutifs pour récupérer. Chez Nathalie, un panneau Turn Off Cell Phone donne le ton dès l’entrée. Les règles sont claires : les téléphones doivent être éteints dans la maison. Pour mesurer son taux d’exposition, elle dispose d’un petit détecteur de hautes et basses fréquences.

Dans le salon, une couverture de survie isole un pan de mur qui, selon elle, se trouve dans le faisceau d’une antenne relais. Cette installation de fortune permettrait de limiter l’exposition de la pièce en bloquant les ondes. Les fenêtres sont protégées par des rideaux, doublés de métal. Pour la cuisine, exit micro-ondes et autres petit electroménager émetteur d’ondes, elle n’a gardé que le strict nécessaire. Les précautions s’étendent jusqu’à la garde-robe : on y trouve un tee-shirt tissé en mailles d’argent pour protéger le cœur et un couvre-chef s’apparentant à un voile d’apiculteur. Ces protections, coûteuses, seraient indispensables, notamment lors des longs et pénibles voyages en train.

« Je ne savais plus ni où j’allais ni qui j’étais »

Nathalie était régisseur dans l’évènementiel en région parisienne, un métier technique qui l’exposait aux ondes quotidiennement. En 2008, alors âgée de 34 ans, elle consulte car, depuis plusieurs mois, plusieurs symptômes troublent son quotidien : migraines, acouphènes aux deux oreilles, vertiges et douleurs articulaire.

Si, dans les premiers temps, elle associe son état de grande fatigue à de l’anxiété, elle ne tarde pas à consulter. Malgré les nombreux examens allant de l’IRM au scanner, son médecin ne parvient pas à poser un diagnostique. Pourtant, rapidement, son état de santé se dégrade jusqu’à la rendre incapable de s’exprimer et d’écrire. Ses cheveux poivre et sel deviennent blancs. Elle avait l’habitude de se rendre au Monoprix, à seulement quelques mètres de son appartement. Mais extrêmement affaiblie, elle se souvient s’être perdue sur ce chemin qu’elle connaissait par cœur. « Je ne savais plus ni où j’allais ni qui j’étais », se remémore-t-elle.

La prise de conscience est brutale : à moins de 40 ans, Nathalie présente des symptômes de la maladie d’Alzheimer. Alitée et désemparée, elle décide de lister ses symptômes sur un moteur de recherches dans l’espoir de trouver l’origine de ses maux. Elle se découvre alors potentiellement électro-hypersensible alors que son médecin la dirige vers un service psychiatrique.

Agrandir

DSC_0240
Leurs détecteurs de hautes et basses fréquences permettent aux deux femmes d'évaluer leur exposition aux ondes à tout moment.

Eléa Chevillard / EPJT

Après cinq années de calvaire, Nathalie obtient un rendez-vous chez le seul spécialiste français de l’électro-hypersensibilité : le Pr Dominique Belpomme. En 2013, elle entame des soins palliatifs destinés à soulager ses symptômes.

Des soins palliatifs que Catherine a également suivi. Cette ancienne conseillère en gestion avait perdu plus de 10 kilos et souffrait de perte de mémoire et de repères : « Je prenais ma calculatrice pour faire 1+1. » Elle est déclarée souffrante d’un burn out et traitée avec des anxiolytiques.

Elle détaille les trois « phases » présumées de la pathologie. Durant la première phase dite d’induction, le corps accumulerait les ondes auxquelles il est exposé et aucun symptôme ne le trahit. La deuxième, dans laquelle se situent les deux femmes, serait la phase dite allergique où les effets physiques se déclarent. Le traitement permettrait alors aux malades de ne pas basculer dans la dernière phase.Celle-ci amènerait les EHS à une agonie lente et inévitable. Selon les deux femmes, au moins 3 millions de Français seraient concernés.

Le choix de la ville de refuge est primordial et difficile. Tours et son agglomération, qui serait encore « épargnées par les ondes », s’imposent comme un choix stratégique. Pour elles, impossible d’aller au cinéma, dans une salle de spectacle, dans certains parcs voire à l’hôpital puisque le wi-fi est partout. « Pour se protéger, il faudrait éviter tout ce qui fait la vie », déplore Nathalie.

Chacune décide de s’installer au nord de la ville et elles finissent par se rencontrer. C’est la maladie qui a soudé leur amitié : Nathalie a suggéré à Catherine d’aller consulter le Pr Belpomme quand elle s’est reconnu dans ses symptômes.

Se croire électro-hypersensible mène inéluctablement à l’exclusion. Sociale d’abord, puis professionnelle. Depuis la perte de son emploi il y a dix ans, Catherine n’a pas retrouvé de profession adaptable à ses besoins.

Si l’électro-hypersensibilité est entrée dans le dictionnaire, elle n’est pas reconnue comme une maladie. Pathologie méconnue des médecins eux-mêmes, elle est même récusée par nombre de scientifiques qui ne reconnaissent pas de lien entre les ondes et les symptômes. Même si ceux-ci sont réels. Ce qui n’empêche ps les collectifs d’EHS de militer pour une reconnaissance de leur statut et une formation complète des professionnels de santé censée permettre d’identifier la pathologie.

Conscientes du manque d’information de la population au sujet de leur maladie, les deux femmes rient volontiers des idées reçues qui circulent à son propos : « Les gens imaginent que l’on vit pieds nus dans la forêt avec une passoire sur la tête. » Elles espèrent voir le débat s’élever d’ici à une dizaine d’années, lorsque, selon elles, l’électro hypersensibilité sera tristement devenue une réalité incontournable doublée d’un problème de santé publique.

(*) Pour protéger l’anonymat des personnes, les prénoms ont été modifiés.

Pour aller plus loin

Tours de contrôle

Agrandir

40513280000_11dc682f25_k
Patrick Sottejeau gère seul l'Observatoire des ondes de Tours depuis 2013.

Louis Boulay / EPJT

Tours mène une politique de transparence sur l’impact des ondes et la santé de ses citoyens. Elle s’appuie sur son Observatoire des ondes, unique en France.

Tours est la seule ville de France à réguler l’implantation des antennes relais sur son agglomération. Un contrôle drastique auprès des opérateurs qu’opère l’Observatoire des ondes depuis 2013. Sa création fait suite à un processus entamé en 2003. Une charte « de bonne conduite » a été signée avec les opérateurs pour être informé des implantations prévues par SFR, Bouygues, Free et Orange. Tours est pionnière pour le contrôle de l’impact des ondes sur ses habitants. Chaque métropole française compte une direction des systèmes d’information (DSI), mais les Tourangeaux sont les seuls à dédier une partie de ce service à cet usage.

En 2011, Tours est ville pilote sur la concertation du Grenelle des ondes. Plusieurs problèmes sont soulevés, notamment sur la communication à mettre en place lorsqu’une antenne relais est installée. De nombreuses études ont été réalisées. La municipalité opte pour la transparence et un Observatoire des ondes est inauguré en 2013. Patrick Sottejeau est le directeur adjoint de la DSI de la métropole. Il gère seul l’Observatoire des ondes depuis sa création. Sur le terrain d’abord où la collaboration avec les opérateurs est primordiale. Ainsi, une campagne de mesure autour des 140 écoles de l’agglomération a eu lieu pour quantifier les champs électromagnétiques.

Ensuite, la politique de transparence se poursuit sur chaque nouveau site d’implantation, avec des réunions d’information publiques dans un rayon de 300 mètres pour informer la population. Elle permet notamment d’éviter l’implantation d’une antenne relais sans permis de construire ou demande spécifique auprès des services de l’urbanisme. Les greniers et les lieux inconnus de la municipalité sont alors des endroits potentiellement nocifs.

Agrandir

41598761654_c64cb4333f_k
Sur le toit de la mairie de tours, Patrick Sottejeau montre l'étendue de son travail.

Louis Boulay / EPJT

L’Observatoire se décline sous différentes formes. Une cartographie consultable sur le site internet de la mairie recense l’ensemble des antennes. Patrick Sottejeau l’actualise régulièrement et veille à donner le plus d’informations possible aux habitants. Tous les immeubles ont été photographiés et les fausses cheminées qui contiennent les antennes mises en évidence. Pour chacune d’entre elles, la direction dans laquelle elles émettent est indiquée. Une antenne n’émet pas de manière omnidirectionnelle mais de façon focalisée, comme une torche, une caractéristique aussi importante que méconnue.

Ce manque de connaissance et d’information sur le sujet des ondes est le plus gros obstacle au travail de l’Observatoire au quotidien : « On peut se retrouver en face d’une antenne mais si le faisceau n’est pas dirigé vers nous, cela n’a aucun impact », explique Patrick Sottejeau. Il arpente donc les rues de Tours quotidiennement, muni d’une sonde globale qui mesure le champ électromagnétique. Il se rend gratuitement chez les habitants désireux de connaître leur taux d’exposition aux ondes et constate, à chaque fois, des incompréhensions.

Le wi-fi décrié mais méconnu des utilisateurs

L’avantage de faire des mesures à domicile est de montrer aux habitants que les principales sources se trouvent en réalité chez eux. Ces foyers nocifs vont de la base du téléphone sans fil à la box internet, en passant par le baby phone. A ces occasions, il se rend compte de son rôle de pédagogue et dissipe les idées reçues de citoyens mal informés sur les sources d’émission chez eux. Il insiste notamment sur le cas du wi-fi, très décrié puisqu’il possède la même longueur d’ondes qu’un micro-ondes. Cependant, la puissance électrique du générateur n’est pas la même. Et il s’agit là de la différence majeure. En fonction de cette puissance électrique, le signal va plus ou moins loin. Il suffit de s’éloigner de 3 mètres de sa source pour être hors d’atteinte.

Patrick Sottejeau est fier de montrer l’étendue de son travail depuis plus de cinq ans. Une fois perché au sommet de la mairie de Tours, celui-ci prend tout son sens. La ville n’est pas saturée d’antennes. Grâce au travail de l’Observatoire des ondes, Tours est pris en exemple. De nombreuses municipalités le consultent. Il délivre alors des conseils avisés, en espérant être suivi par d’autres métropoles le plus rapidement possible. Pour que tout le monde soit sur la même longueur d’onde.

Pour aller plus loin

  • Les informations sur les ondes à Tours sur tours.fr

Les auteurs

41941086285_ab73580b04_z
Menu